Alain Macé, Rénovées et sécurisées, les cloches reprennent leurs volées

Trois des quatre cloches de l'église Saint-Guigner viennent de s'offrir une cure de jeunesse. L'espace d'une journée, Damien et Florian, deux techniciens de l'entreprise Alain Macé basée à Plaine-Haute (Côtes-d'Armor), les ont auscultées sous toutes les coutures.

Deux cloches fêlées

Au sommet de l'église, le beffroi en bois, « une charpente dans la charpente », illustre Damien, supporte quatre cloches. Elles y sont reliées par un système d'anses fondues dans la masse. C'est à ce niveau que deux cloches présentaient des fêlures. « Rien d'inquiétant, précisent les spécialistes, mais c'est une porte ouverte à l'oxydation. » Leur action a donc enchaîné le brossage de la rouille suivi d'un traitement et d'un rebouchage minutieux. « L'idée, c'est d'éviter l'humidité dans un endroit aux fortes variations de température », affirme Florian. Avant d'ajouter que le poids de ces cloches de 500 kg est multiplié par trois lorsqu'elles sont en volée.

Trois nouveaux baudriers

L'intervention des techniciens s'est poursuivie à l'intérieur même des cloches avec le démontage des battants. Suspendues, ces longues tiges terminées par une boule sont chargées de produire le son en heurtant le profil de la cloche. « La zone de contact doit être la même », insiste Florian. Le réglage dépend de la qualité du baudrier, une épaisse pièce en cuir, ajustable et recouverte d'une chape métallique. Malgré les difficultés d'accès, ces pièces ont été remplacées sur trois cloches. Quelques petites variations de sons pourraient être perçues.

Coffret électrique conforme

Le tableau électrique fixé sur le beffroi s'est mis lui aussi au goût du jour. L'installation était en bon état, mais la technologie moderne a permis un grand pas dans la sécurité. Les campanistes ont procédé à la pose de relais thermiques. Ces nouveaux composants ont un rôle important. « Ils éviteront qu'une surchauffe dégénère en incendie lorsque l'en-

semble est en action », explique Damien. Avec l'installation d'un parafoudre type 2, dans ce clocher qualifié de « très propre », les indicateurs sont donc maintenant tous au vert.

Mai 2015

source : Ouest-France