Trois nouvelles cloches pour la cathédrale de Sées

Trois nouvelles cloches pour la cathédrale de Sées

Photo La Croix

La cathédrale de Sées (Orne) a accueilli vendredi 24 juillet les nouvelles cloches de sa tour nord, silencieuse depuis un siècle.

Trois lourdes cloches de 1 312 kg, 983 kg et 769 kg ont été livrées, vendredi 24 juillet, à Sées (Orne), pour être installées dans la tour nord de la cathédrale de la cité normande. Parties le matin de Villedieu-les-Poêles (Manche), les cloches sont arrivées en milieu de journée par camion.

Les trois cloches, Jean Eudes, Latuin et Famille Martin (tous des saints liés au diocèse), remplaceront bientôt celles qui avaient été enlevées de la tour nord de la cathédrale, muettes depuis un siècle.

Une étude réalisée par la direction des affaires culturelles (Drac) de Basse-Normandie avait en effet montré que le beffroi de bois qui, dans la tour, soutenait les cloches était en très mauvais état : les poutres de la base étaient dans un tel état que l’ensemble risquait de s’effondrer.

Fondues à la révolution

Les cloches elles-mêmes étaient en mauvais état et n’étaient pas accordées à celles de la tour sud, qui sonnent habituellement les heures et les offices. Fondues à la révolution, les cloches de la cathédrale de Sées avaient en effet été refaites au XIXe siècle, mais les deux ensembles des tours nord et sud n’avaient jamais été prévus pour sonner ensemble…

Ces dernières années, la Drac a lancé un vaste chantier de rénovation de la tour nord (700 000 €), remplaçant le beffroi en bois. Il avait en outre été décidé de refaire trois nouvelles cloches, fondues en juin par l’entreprise Cornille-Havard de Villedieu-les-Poêles, l’une des plus réputées.

Les trois cloches ont été décorées par l’artiste normand Marc-Antoine Orellana, selon trois thèmes proposés par le diocèse.

Jean Eudes, Latuin et la famille Martin

La cloche la plus lourde (1,3 tonne), saint Jean Eudes (né en 1601 à Ri, aujourd’hui dans l’Orne) est consacrée à l’Église universelle ; saint Latuin (983 kg), nommé d’après le premier évêque de Séez, est consacrée au diocèse ; la dernière, Famille Martin (769 kg), du nom de la famille de sainte Thérèse de Lisieux et de ses parents les futurs saints Louis et Zélie Martin, originaires d’Alençon, a pour thème la famille.

L’ensemble campanaire sera exposé dans la cathédrale de Sées avant d’être consacré le dimanche 27 septembre.

Le budget de ce projet par l’association des Amis de la cathédrale de Sées n’est quant à lui pas encore bouclé. Les donateurs peuvent toujours participer à son financement par le biais de la Fondation du patrimoine.

Il y a quelques mois encore, le carillon de la collégiale était un chef-d'œuvre en péril. Victime des outrages du temps, ce joyau du patrimoine villefranchois, au même titre que le beffroi qui le supporte, nécessitait une sauvegarde urgente et une plus grande mise en valeur.

Le chantier, important, a été mené sur l'année 2 014. Et si les cloches avaient été bénies l'été dernier, il manquait encore l'inauguration officielle du carillon. La cérémonie a eu lieu hier soir en présence d'Anne Calvet, représentant le préfet, Jean-Claude Luche, sénateur et président du conseil départemental, Marie-Lou Marcel, députée de l'Aveyron représentant Martin Malvy, Serge Roques, maire, François Fontlupt, évêque de Rodez, René Mouysset, délégué de la Fondation du Patrimoine de Midi-Pyrénées, Jean-François Lagarde, président de l'association des Amis du carillon. Tous ont souligné la qualité de la rénovation confiée à l'entreprise Laumaillé. «Le carillon de Villefranche est l'un des plus remarquables du Sud de la France. Et unique en France, quand il sonne en harmonie avec les jets de la fontaine de la place Notre-Dame» n'a pas manqué de rappeler Serge Roques.

Avant la coupure du ruban inaugural, précédée d'une visite, par les officiels, le public a pu découvrir durant l'après-midi de ce vendredi la salle des cloches, qui peut accueillir simultanément une vingtaine de personnes. Là, cinq carillonneurs se sont succédé (Christine Laugié de Pamiers, Corinne Salles d'Albi, Jean-Pierre Carme de Castres-Albi, Jérôme Boutié de Castres, Denis Pierre Sallenave de Dax) pour faire voler les cloches. Un émerveillement pour beaucoup de visiteurs, récompensés ainsi de l'effort fourni pour arriver jusqu'au carillon, l'escalier du clocher de la collégiale comptant 163 marches. Une visite était aussi réservée pour les 83 donateurs privés et leurs familles.

Juillet 2015

source : La Croix