Sannier: l’heure est à nouveau donnée du haut de l’hôtel de ville

Sannier: l’heure est à nouveau donnée du haut de l’hôtel de ville

Une pose en toute sécurité. Photo Le Berry Républicain du Centre

Opération restauration du cadran de la pendule mardi matin. Une façon de se rappeler le souhait d’installer une pendule sur la mairie qui n’a pas été sans mal…

Mardi matin, le toit de la mairie a retrouvé sa pendule.

Et pour les habitants ces retrouvailles sont un petit événement, car depuis des années, la pendule fait couler beaucoup d'encre dans cette commune car son histoire n'est pas banale…

Le cadran de la pendule était cassé à la suite d'un coup de vent au cours de l'hiver dernier, il fallait le remplacer. Les ouvriers de l'entreprise Sannier, spécialistes dans ce genre d'intervention, sont venus le changer sous les yeux ravis des élus et de quelques habitants.

Cette pendule a une histoire rocambolesque.

Une histoire vraiment rocambolesque

Lors de la construction de cette nouvelle mairie en 1840, celle-ci se devait d'être ornée d'une horloge neuve. Le conseil municipal de l'époque en décide donc l'achat.

Trois délégués sont désignés pour aller à Bourges prendre livraison de l'objet désiré. « Beaux parleurs et bien loin d'être bègues, c'était les sieurs Bajot, Cadoche, P'tit Coutiaux. (æ) La bourse bien garnie par l'argent destiné à l'achat de la pendule, […] ils firent bonne chère et réclamèrent à grands cris un poisson délicieux, le saumon. Un mets qu'ils ne connaissaient pas et qu'ils baptisèrent du nom de Morue-Rouge […]. Il fallut bientôt payer la note, si forte qu'il ne resta plus d'argent pour payer l'achat de la pendule (*). »

À leur retour, « ce fut une explosion de sarcasmes quand nos trois héros contèrent leurs aventures en présentant leurs mains et poches vides. Ils se portèrent volontaires pour l'installation de cette pendule et assurèrent chacun leur tour l'avancement des aiguilles, jusqu'au troisième jour où ils en eurent assez, quittant en catimini leur poste (*). »

Le lendemain, devant la panne de la pendule neuve le garde champêtre découvrait que les rats avaient pris la place des trois « mangeux de morue rouge » et avait rongé le mécanisme.

Mécanisme rongé
par les rats

« On ordonna une campagne de dératisation et on fit l'acquisition d'une nouvelle pendule. Celle qui sonne encore aujourd'hui au-dessus de l'entrée de l'hôtel de ville (*). »

(*) Extraits tirés du livre de Marie-Thérèse Chabin.

Source: Le Berry Républicain du Centre

Avril 2016