PRÊTRE et Fils : Après sa restauration, l'horloge de l'église donne à nouveau l'heure

PRÊTRE et Fils : Après sa restauration, l'horloge de l'église donne à nouveau l'heure

Mi-juin avait lieu l'inauguration de l'horloge de l'église rénovée à l'invitation de Claude Couprit, président de l’association « Beauvain, Histoire et Patrimoine

Une cinquantaine de personnes étaient donc présentes dont de nombreux élus et le Père Christian Roullé, curé de la paroisse St-Jean-Baptiste en Pays Fertois. Claude Couprit a tout d’abord résumé l’historique et les objectifs de l’association avant de donner des explications sur les raisons de cette rénovation. « Cette pendule, dont le mécanisme date de 1920, n’a plus donné l’heure depuis le début 2015. Nous avons eu l’adresse de Jean-François Lefèvre, horloger à Argentan, qui, après exploration du mécanisme usé, nous a guidés pour trouver un restaurateur. Nous nous sommes donc adressés à la société Campaniste Prêtre père et fils située à Mamirolle dans le Doubs, qui est sûrement l’une des dernières, voir la seule société capable d’un tel travail en France ».

Le montant du devis était de 6 465 € TTC. Une aide a été accordée par le Club des Mécènes du Patrimoine de l’Orne et par le Conservatoire Européen des Cloches et Horloge « et nous avons eu un don privé par des habitants qui tenaient à ce que cette restauration se réalise ».

Léguer un héritage

Le mécanisme remis en état a été replacé par cette société le 8 juin et la pendule indique à nouveau l’heure. Conseiller départemental, José Collado a salué la mairie et les bénévoles à l’origine de la création de l’association qui a relevé le défi de s’attaquer à la restauration et la mise en valeur du patrimoine de la commune. « Il y avait au programme, la couverture, le clocher et les vitraux de l’église et bien d’autres choses pour lesquels le Conseil départemental a apporté une aide, modeste il est vrai, tout comme la commune et les parlementaires. Cela montre à quel point le partenariat entre les acteurs de la sauvegarde du patrimoine est nécessaire et en particulier avec le monde associatif. Il nous faut tisser des liens nouveaux pour soutenir les projets locaux ».

La sénatrice Nathalie Goulet a abondé dans ce sens en soulignant l’importance de « léguer un héritage aux générations à venir ». Quant au sénateur Jean-Claude Lenoir, avec humour, il a rappelé les raisons de la présence sur le clocher des églises d’une horloge qu’accompagnait à chaque heure, demi-heure et parfois quart d’heure, le tintement de la cloche qui permettait à la population et surtout aux paysans de connaître l’heure. « Bien sûr, il y avait aussi les cadrans solaires, mais il y a des moments, comme en ce moment, où ils n’étaient pas très efficaces ».

Le maire Eugène Chatel et les élus ont coupé le ruban attaché en bas de l’escalier de bois donnant accès au clocher et au mécanisme que chacun a pu admirer sous les commentaires de Jean-François Lefèvre. Pour terminer cette cérémonie, ce dernier a proposé une petite conférence sur l’horlogerie au cours des siècles.

Source: Le Publicateur Libre

Juin 2016