Laumaillé-Lussault et Cornille Havard : La future cloche Montfort est coulée

Laumaillé-Lussault et Cornille Havard : La future cloche Montfort est coulée

Savamment dosée, la montée du four en température, maillon essentiel d'une fusion et coulée de haute qualité. Photo Ouest France

Saint-Laurent-sur-Sèvre. Pendant que le beffroi subit une cure de jouvence, un autre événement se déroule à Villedieu-les-Poêles (Manche), au sein de la fonderie Cornille Havard.

L'événement

Une délégation saint-laurentaise a assisté à un moment historique, le coulage d'une nouvelle cloche qui viendra s'implanter au coeur du clocher.

À l'origine, le beffroi avait été conçu pour accueillir cinq cloches, mais jusqu'à présent il y en avait quatre. Profitant de ce gigantesque chantier, l'idée d'ajouter cette cinquième cloche a germé dans les têtes. « L'appel aux dons via le site de la Fondation du patrimoine fonctionne très bien et se poursuit, précise Guy-Marie Maudet, maire. Nos généreux donateurs de tous ordres nous ont permis de lancer, en complément des travaux, en plein accord avec les différentes parties prenantes, la fabrication de cette nouvelle cloche. »

L'histoire rejoint l'histoire

La cloche, qui se prénommera Montfort, matérialisera de manière indélébile la commémoration actuelle du tricentenaire de la mort du père de Montfort en terre saint-laurentaise (28 avril 1716). Saint Louis-Marie Grignion de Montfort a été l'inspirateur de la famille montfortaine et a été à la source de trois congrégations (Filles de la Sagesse, Missionnaires montfortains, Frères de Saint-Gabriel) situées à Saint-Laurent-sur-Sèvre.

La cloche mesurera 1,12 mètre de diamètre, pèsera 885 kg et sonnera, pour les spécialistes, un fa 3. Après deux mois de confection de son moule, le jour J est arrivé le 18 novembre. Le père Paulin Ramanandraibe, responsable de la basilique, a béni les métaux pendant que l'imposant four réverbère en brique réfractaire, qui ne fonctionne qu'en de très rares occasions, montait en température.

Seize stères de bois auront été nécessaires pour atteindre la température de fusion (1 180 °C). Une préparation méticuleuse qui a débuté à 5 h du matin pour s'achever vers midi trente, dans un silence de cathédrale.

Mercredi 7 décembre, elle sera placée au sein du beffroi avant son baptême dimanche 11 décembre, à 10 h 30.

Source: Ouest-France

Decembre 2016