Entreprise Bodet : Une cure de beauté pour la cloche Saint Mathurin

Entreprise Bodet : Une cure de beauté pour la cloche Saint Mathurin

Le début de la descente dans la chambre des cloches.

Lundi 2 et mardi 3 octobre, l’entreprise Bodet est venue à Luçon décrocher la cloche n° 4 baptisée Mathurin, saint patron de l’église paroissiale aujourd’hui détruite. Un travail délicat, en vue de sa restauration.

À la cathédrale de Luçon, après la cloche n° 3 qui sonne le ré, partie en Allemagne pour une restauration importante, c’est au tour de la cloche n° 4 de profiter aussi d’une sérieuse restauration. Elle sera réalisée par une entreprise spécialisée dans la restauration et l’entretien des cloches, Bodet Campanaire, dont une équipe était à Luçon en début de semaine, lundi 2 et mardi 3 octobre. Sous la conduite de M. de Oliveira, trois techniciens ont commencé par étayer la chambre des cloches. La cloche pèse 988 kg. Elle est placée dans la partie nord-est de la chambre des cloches. Pour la descendre, il faut faire basculer la cloche n° 2, 1.991 kg, la maintenir en position oblique pour libérer le passage. Les lames du plancher du premier niveau doivent être démontées. Avec un palan électrique, la cloche peut alors être soulevée, descendue d’un niveau. C’est un lent travail de précision, de patience. Il ne faut surtout pas provoquer des frottements désastreux. Le diamètre (1,193 m) permet le passage entre les poutres verticales du milieu du beffroi. Voilà notre cloche à l’aplomb des oculus et des trappes des quatre niveaux du clocher. Après un temps de repos bien mérité, les techniciens descendent la cloche tenue par une chaîne longue d’une quarantaine de mètres. Tout le monde peut respirer : la cloche arrive sans encombre au rez-de-chaussée.

De quels maux était donc atteinte cette cloche ? Les anses simples étaient cassées. Deux trous avaient été percés dans sa partie supérieure, le cerveau. Ceux-ci seront rebouchés. Les anses neuves pourront porter le poids sans danger. La cloche reviendra nettoyée, comme neuve. Dans quelques semaines,

Mgr Castet bénira les deux cloches restaurées. On pourra s’intéresser au travail des campanistes grâce à une exposition dans le bas-côté de la cathédrale, moment exceptionnel. À la mi-novembre, à nouveau, le carillon pourra sonner pour annoncer les cérémonies à la cathédrale.

Source : L'cho de l'Ouest.

Novembre 2017