Laumaillé-Lussault : Le beffroi de l'église de la Séguinière se refait une beauté

Laumaillé-Lussault : Le beffroi de l'église de la Séguinière se refait une beauté

Au premier rang, Noële Serrie, de la Fondation du Patrimoine, et Jean-Paul Boisneau, maire de La Séguinière, signent les documents ouvrant la souscription publique pour la restauration du beffroi et du bourdon.

Le clocher fragilisé par une instabilité du beffroi nécessite une restauration. Une souscription est lancée auprès de la Fondation du Patrimoine pour aider le financement des travaux.

L'église Notre-Dame de l'Assomption, de La Séguinière, est inscrite à l'inventaire des Monuments historiques. Le clocher qui s'élève à une vingtaine de mètres abrite quatre cloches.

Celui-ci est fragilisé par une instabilité du beffroi qui nécessite une restauration.

A partir du lundi 13 novembre, cloches et cadrans vont être arrêtés pour quatre semaines. Les cloches seront descendues et exposées dans l'église à partir de la fin de cette semaine pour une quinzaine de jours.

« Des pupitres de présentation de leurs histoires vont être réalisés par Histoire et Patrimoine », précise Maurice Augereau, membre de l'association. C'est l'entreprise Lussault de Tiffauges (Vendée) qui réalise les travaux. « La plus grosse cloche (913 kg) qui est la plus ancienne (1 834) va être envoyée en Allemagne pour y être réparée dans une fonderie », souligne M. Ripoche, technico-commercial de l'entreprise. Les cinq tonnes de bois qui constituent le beffroi vont être changées.

Les cloches seront ensuite remontées avec une électrification neuve. « Elles pourront sonner pour Noël. Les travaux ne viendront pas perturber l'installation de la crèche, ni le déroulement des célébrations », indique M. Ripoche, rassurant les responsables paroissiaux, et, en particulier, le curé Aymeric de Boüard. Il restera à installer le bourdon qui devrait revenir en février.

Mise en valeur du patrimoine

Pour financer le projet qui devrait s'élever à 36 000 € HT, la commune bénéficiera d'une subvention de la direction régionale des affaires culturelles des Pays-de-la-Loire (Drac), pour un montant de 4 290 €. Une demande va être adressée à la Région. En complément, la commune et la Fondation du Patrimoine ont signé une convention. Une souscription est ouverte pour collecter les dons de ceux qui veulent soutenir les travaux.

« La Fondation a reçu la mission de mettre en valeur le patrimoine bâti et paysager de nos régions. Ici, il est bien que le public s'approprie le bâtiment », se réjouit Noële Serrie, de la Fondation du Patrimoine. Pour La Séguinière, la démarche n'est pas une première. « Nous avons déjà restauré la nef de l'église pour 350 000 € en 2009, la chapelle du Sacré-Coeur pour 15 000 € en 2011 »

Source : Ouest France.

Novembre 2017