Entreprise Bodet : à Pordic la cloche Azeline retrouve sa place dans le clocher

Entreprise Bodet : à Pordic la cloche Azeline retrouve sa place dans le clocher

La cloche Azeline, portée par la grue, est attrapée par Jocelyn Sicard et introduite dans le clocher où elle va retrouver sa place.

Azeline, une des trois cloches de l’église Saint-Pierre de Pordic (Côtes-d'Armor), présentait un défaut sur le noyau central. Elle a été restaurée dans les fours de la fonderie de Trémentines et replacée lundi.

Lundi, l’entreprise Bodet Campanaire, située dans le Maine-et-Loire, est intervenue sur le clocher de l’église Saint-Pierre. Les ouvriers, Jocelyn Sicard et Laurent Briaud, munis de harnais de sécurité, ont remis en place une des cloches, Azeline. Une opération spectaculaire.

Fondue en 1843

La remontée s’est faite à l’aide d’une grue. De nombreux Pordicais ont assisté, depuis la place du Général-de-Gaulle, à cette remise en place. Cette cloche, fondue à Rennes en 1843, doit son nom à M. Richard Villeangevin et à M. Corbel. Ce dernier était le président de la Fabrique, il fut assisté par MM Levoyer et les frères Doméon.

« Lors de notre dernière inspection des cloches, qui est réalisée une fois par an, nous avons constaté qu’Azeline avait un défaut sur le noyau central. Il a été rechargé. Lorsqu’une cloche est abîmée, elle n’est pas systématiquement remplacée car il est possible de la restaurer par soudure au bronze. Cette technique permet d’améliorer la conservation des cloches historiques ou anciennes et leur redonne leur sonorité d’origine », explique Laurent Briaud.

Dédiée à saint Pierre, l’église de Pordic, de style néogothique, abrite trois cloches : le Gros-Pierre, 1 100 kg, Marie, 662 kg, et Azeline, 557 kg et 96 cm de diamètre. Une quatrième cloche, Anne-Marie, 65 kg, était également dans le clocher depuis l’origine de l’église, mais le son de cette dernière, mat et sans vibration, dénotait un vice de fonte. Le fondeur de Rennes, M. Osmond, fit banqueroute et se volatilisa dans la nature. La quatrième cloche disparut définitivement.

Source : Ouest France.

Novembre 2017