Groupement des Installateurs d'Horlogerie d'Edifices et
d'Equipements Campanaires

Patrimoine : Villedieu-les-Poêles. Que toutes les cloches sonnent comme en 1918 !

Fonderie Cornille Havard

Paul Bergamo, dirigeant de la fonderie de cloches Cornille Havard.

   - Photo:Ouest France
Paul Bergamo, dirigeant de la fonderie de cloches Cornille Havard. - Photo:Ouest France

Pour le centenaire de l’Armistice, les campanistes de France se mobilisent pour faire sonner les cloches dans tout le pays, dimanche 11 novembre 2018. Paul Bergamo, de la fonderie de cloches Cornille Havard, à Villedieu-les-Poêles, en est l’initiateur.

À l’origine de cet événement, Paul Bergamo, dirigeant de la fonderie de cloches Cornille Havard et président du Gihec, Groupement des installateurs d’horlogerie, d’édifices et équipements campanaires. L’association regroupe les principaux campanistes de France. « Pour célébrer le centenaire de l’Armistice de la Première Guerre mondiale, nous souhaitons que toutes les cloches de France sonnent à la volée, à 11 h, comme il y a 100 ans. »

Le 11 novembre 1918, sur un tronçon de voie ferrée près du carrefour de Rethondes, dans la forêt de Compiègne, l’armistice est signé à 5 h. Il entre en vigueur six heures plus tard. À Paris, le bruit de la signature se répand à partir de 10 h. La foule en liesse envahit les rues de la capitale. Dans toutes les communes de France, les cloches sonnent à la volée, comme en écho inversé du tocsin qui avait annoncé la mobilisation du 1er août 1914. Georges Clemenceau, président du conseil, monte à la tribune de la chambre des députés et donne lecture des clauses de l’armistice.

Source : Ouest France.

février 2018