Groupement des Installateurs d'Horlogerie d'Edifices et
d'Equipements Campanaires

À Blois, Saint-François renoue avec son horloge

Prêtre et Fils

Jean-Paul Sauvage, la directrice Mme El Harchi et Mgr Jean-Pierre Batut, devant l’horloge restaurée. 

   - Photo:La Nouvelle République

La Maisonnée Saint-François située avenue Médicis, ex-petit séminaire reconverti en résidence retraite, cachait dans sa cave une surprenante horloge antique, à l’état de délabrement. Attachée au patrimoine historique, la directrice Mme El Harchi s’est mise en tête de sauver ce trésor mécanique et pour cela, elle s’est rapprochée de l’historien Jean-Paul Sauvage

Ils ont découvert ensemble l’origine. Il s’agit d’un modèle offert au petit séminaire en 1894 (officiant à l’époque rue Franciade) par l’horloger blésois Constant Vénérand Godefroy installé au 41 rue Porte-Chartraine, à la demande de l’abbé Moïse Martin, l’économe. En 1937, lors de la construction du nouveau petit séminaire, l’horloge est déplacée avenue Médicis où elle égrènera les heures durant des années, avant d’être vandalisée.

L’histoire ainsi bouclée, il restait à trouver l’homme de l’art, pour relancer le tic-tac. Sur les conseils de Claude Mazanec, horloger à la Quinière, l’information conduit ce travail d’orfèvre vers l’atelier Prêtre et fils, dans le Doubs.

Mercredi lors de l’inauguration, en présence de nombreux invités, dont le maire et l’évêque Mgr Jean-Pierre Batut, des précisions techniques données par Claude Mazanec, sont venues étayer l’historique. « La construction originelle provient vraisemblablement de fabricants alsaciens ou allemands, qui fournissaient des professionnels. L’horloger blésois a dû procéder à la mise en service, avant livraison » expliquait-il, alors que la directrice Mme El Harchi invitait les visiteurs à venir lors des Journées européennes du patrimoine, les 15 et 16 septembre prochains auxquelles participera la Maisonnée Saint-François.

Source : La Nouvelle République.

Septembre 2018