Alain Macé : Cure de jouvence pour la cloche de Béquerel

Alain Macé : Cure de jouvence pour la cloche de Béquerel. photo Le Telegramme

Malgré quelques retards sur le calendrier prévisionnel, la première tranche des travaux de restauration de la chapelle de Béquerel avancent. Jeudi, Michel Guyomard et Michel Martineau, deux techniciens campanistes de la société Macé, ont déposé la cloche en vue de sa restauration. D'un diamètre de 53 cm, la cloche pèse 90 g (110 kg avec ses équipements : joug, brides et bras de tirage). En découvrant les inscriptions gravées sur le haut de la jupe, on apprend qu'elle a été fondue en 1849 à Vannes et vendue par Engerran de Vannes. C'est la cloche de la chapelle de Béquerel en Plougoumelen. Le Bono était un quartier de la commune voisine et a été érigé en commune le 1er octobre 1947. S. Corchian était alors recteur de Plougoumelen. La cloche n'a pas de nom mais elle est dédiée à l'Assomption de la sainte Vierge.

Deux journées de travail

Deux journées de travail en atelier, une pour la fabrication du joug en coeur de chêne et une deuxième pour le remplacement des équipements (réfection du bras de tirage avec roulements à billes, nouvelles brides en acier inoxydable et remplacement du battant) seront nécessaires. La vérification de la bélière et d'absence de microfissures sur la cloche complétera la remise en état. Toutes ces opérations seront réalisées selon la méthode artisanale et traditionnelle. « On viendra alors la reposer et on mettra en place une corde neuve. Il ne restera alors plus qu'à la sonner », explique Michel Guyomard. Peut-être pour le pardon du 15 août.

Source Le Telegramme.

12/06/2014