Alain Macé : le clocher de l'église se fait sonner les cloches

Alain Macé : le clocher de l'église se fait sonner les cloches photo Ouest-France

En haut : l'intérieur du clocher de l'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul : sombre, exigu, et difficilement accessible. En bas : Mathurine Calliste, la plus grosse cloche a été refondue en 1996. A droite : le technicien campaniste, Marc Dumesnil (ici derrière Mathurine Calliste) a de multiples compétences pour intervenir sur l'ensemble du clocher.

Un peu moins présentes qu'autrefois dans la vie des communes, les cloches des églises continuent de rythmer les heures des journées et de signaler les événements religieux. À Crédin, leur fonctionnement, entièrement automatisé, est confié à l'entreprise campanaire Alain Macé. Celle-ci est intervenue mercredi après-midi pour régler un dysfonctionnement du moteur de la grosse cloche, Mathurine Calliste.

Totalement inaperçue, une partie de l'intervention du technicien campaniste Marc Dumesnil s'est faite dans le secret du haut du clocher, pendant que se déroulaient des funérailles...

Charpente, mécanique, électricité, horlogerie...

« Dans le cas présent, il s'agit d'une petite intervention au niveau du boîtier moteur qui commande les mécanismes des cloches », explique le technicien. Grillé, le moteur sera finalement changé.

« Au départ j'ai une formation en électronique, mais j'ai acquis sur le tas les compétences de tous les autres domaines de l'entreprise ». C'est-à-dire tout ce qui touche au clocher : la charpente, la mécanique, l'électricité, l'horlogerie, la pose et la dépose des cloches...

L'entreprise s'occupe aussi de remplacer les croix et les coqs, et installe des paratonnerres depuis l'extérieur du clocher. Pour cela, les campanistes doivent travailler suspendus à des cordes. Le métier requiert de ne craindre ni le vertige, ni l'obscurité, et de ne pas être rebuté par la saleté souvent présente : poussière, toiles d'araignées, déjections de pigeons...

La commune a un contrat de maintenance avec l'entreprise campanaire basée à Plaine-Haute, en Côtes-d'Armor, pour l'entretien de son clocher. La société vérifie annuellement l'ensemble du clocher, les mécanismes de l'horloge et des quatre cloches.

17/11/2014

Source : Ouest-France